mercredi 13 mars 2013


Que c'est bon d'en avoir fini avec ce Centaure et de pouvoir reprendre doucement nos différentes activités !! Petite séance liberté/jeu dans le manège, par un lundi soir froid et pluvieux... un vrai bonheur de passer des moments comme ça en tête à tête avec mon grand :)
Thorgal était super et il était content de quitter un peu son pré boueux. Nous attendons le printemps avec impatience.... !

Ma formation ATE/MATE a démarré et se passe bien, mais c'est très prenant : je pars de chez moi à 6h du matin pour ne rentrer qu'à 20h... voir 21h quand je passe en + voir Thorgalou rapidement.
Je monte et manipule des chevaux très différents, en carrière ou en extérieur surtout... des chevaux "de club" qui ont l'habitude de voir beaucoup de cavaliers de tous niveaux et ça me change de Thorgal... mon grand me manque terriblement chaque fois que je croise le regard d'un de ces loulous... chaque fois que je formule une demande qui n'est pas écoutée, ou pas comprise... chaque fois que je sens un cheval se demander ce que je vais lui faire subir... chaque fois que mon derrière rebondit dans une selle peu confortable, ou tente d'amortir un coup de cul...
Mon grand me manque... j'ai beau passer le voir, il me manque... lui, sa beauté, sa gentillesse, sa patience, sa compréhension, son envie de bien faire et surtout, surtout notre complicité.... car après des mois à me demander ce que les gens pouvaient bien nous envier, après des années à me dire que le mot "complicité" ne voulait pas dire grand chose, j'ai enfin réalisé ce que c'était VRAIMENT que d'être complice avec un cheval et je l'ai senti au fond de mes tripes. Je ne connaissais que Thorgal, et la relation que j'ai avec lui va de soi car elle s'est construite doucement et surement depuis le début sans que j'y prête attention. Mais je vois maintenant que d'autres relations nettement moins privilégiées sont possibles et je me demande ce que les cavaliers peuvent trouver à pratiquer une équitation purement technique sans avoir un vrai partenaire, un vrai complice, un vrai copain. Moi, je n'y prend pas goût... je n'aime pas l'équitation, j'aime mon cheval, j'aime le fait de partager des challenges, des progrès et des aventures avec un être unique. J'aime qu'on se connaisse par coeur, qu'on puisse se concentrer sur ce qui nous entoure car nous n'avons plus d'efforts à faire pour nous entendre.
Je mesure la chance que j'ai de partager cette relation fusionnelle avec Thorgal.... Et si je parviens à créer une petite activité de promenade à cheval pour des clients, je ferai le maximum pour travailler  chacun de mes futurs chevaux "de balade" avec patience, amour et rigueur, pour avoir une relation de confiance, de respect, de connexion intense, avec chacun d'entre eux.
Et cela, même si je sais qu'aucun cheval n'arrivera jamais au niveau de Thorgal dans mon coeur.... :)


Petite édition du vendredi soir :
Vous avez été plusieurs à me laisser des e-mails ou des commentaires concernant mon petit message ci-dessus. Je vous en remercie car d'une, vous me lisez, de 2, j'aime bien savoir que mes lecteurs réagissent !
Cela dit, j'ai quand même le sentiment de m'être mal faite comprendre ou d'avoir été un peu extrême (quand on écrit à chaud après une longue journée....) et je tenais à apporter 2, ou 3 petites notes supplémentaires :
- Je n'ai jamais dis que je n'aimais pas la technique, d'ailleurs pour faire du TREC (et viser le "haut niveau"), du tir à l'arc, du saut en réglant les foulées etc, je pensais que cela allait de soi....
Je disais simplement que moi, personnellement, et ça n'engage QUE moi, je n'ai pas envie de faire de la technique avec un partenaire que je ne connais pas : c'est tout ! Pour moi, il faut commencer par se connaître et ce n'est pas à cheval que j'ai envie de faire connaissance avec un cheval... c'est à pieds en commençant par les bases du respect, de la connexion.
- Je n'ai absolument pas dit que les cavaliers haut niveau n'avaient pas de relation fusionnelle ou complice avec leur cheval.... Je n'ai rien contre la compétition tant qu'elle est exécuté dans le respect du cheval et heureusement, il y a des cavaliers de haut niveau qui respectent et aiment leurs chevaux !! J'ai seulement dit que moi je n'aimais pas monter des chevaux différents et avec qui je n'ai rien "tissé". Si on me donnait le choix, sur une semaine par exemple, je préfèrerai monter chaque jour le même cheval qui a des défauts, que monter chaque jour des chevaux différents mais parfaits : mais c'est un avis très personnel et je ne peux me permettre de porter aucun jugement sur les cavaliers qui aiment varier les plaisirs et les chevaux ! Moi, je n'aime pas la nouveauté, je n'aime pas devoir m'adapter, "trouver les boutons", deviner un caractère, ça m'inquiète, je trouve le plaisir dans la routine et le progrès et non pas dans la découverte d'un nouveau partenaire. C'est, je le répète, une opinion strictement personnelle et pour une fois que je vous dis un peu ce que j'ai au fond du coeur, je vous remercie de ne pas m'accabler !
Pour vous dire, concernant les cavaliers qui changent souvent de monture et aiment ça, je peux même vous avouer que je les admire : que ce soit du petit cavalier du club au cavalier de haut niveau, j'admire cette envie de nouveauté, de découverte, de "toucher à tout". Moi, je ne suis pas assez à l'aise avec les animaux, ou les chevaux, pour faire ça et je trouve mon bonheur dans la variété des disciplines : et non pas dans la variété des partenaires équins ! (D'ailleurs, je suis pareilles avec les humains : toujours un peu tendue avec les gens que je ne connais pas...).
- Pour finir : mon grand me manque, mais je ne suis pas malheureuse en formation et je rencontre des gens intéressants et très sympathiques, ainsi que des chevaux attachants et courageux. Ce n'est pas parce que mon grand me manque et que j'aime passer du temps avec lui par-dessus tout, que je n'aime pas aller me balader ou travailler avec un autre cheval ! Je passe des bons moments et de toutes façons, c'est nécessaire, pour ma formation et mon expérience personnelle, d'apprendre à monter des chevaux de caractères et origines très différentes. C'est donc un aspect positif à ne pas négliger mais ici, je suis sur mon blog perso, sur le blog de Thorgal, sur notre blog à tous les 2 et je peux dire le fond de mes sentiments : Thorgal est le cheval de mes débuts, de mon coeur, de ma vie peut-être (je ne sais pas si je peux le jurer, car ma vie n'est pas finie... mais je ne pense pas qu'un autre cheval puisse m'apporter un jour tout ce qu'il m'a apporté !) et chaque cheval que je monterai ne pourra jamais être aussi bien que lui à mes yeux !

Bon, mes petites notes ont été plus longues que prévues.... C'était important pour moi d'ajouter cela car je ne veux pas mettre mal à l'aise mes lecteurs, je ne porte aucun jugement sur les cavaliers de club, les cavaliers qui aiment changer de cheval, les cavaliers occasionnels ou même sur les cavaliers qui n'ont pas envie de s'attacher au cheval qu'ils montent. L'équitation est une activité dans laquelle évoluent des milliers de personnes et d'équidés différents et il y en a pour tous les goûts, toutes les méthodes, toutes les possibilités.... Chacun la sienne, mais sur mon blog, je vous parle de la mienne, ce qui ne veut pas dire qu'elle est la seule, la meilleure ou que les autres sont nulles. C'est juste la mienne et dans l'équitation comme moi je l'aime, la complicité est indispensable à mon bonheur et à mes progrès.
Concernant Thorgal, il se plie à mes 4 volontés car il n'en a pas tellement le choix, je prend en compte ses goûts et ses envies bien plus que s'il était cheval de club, car il est mon seul cheval et je suis sa seule cavalière. Il vit très bien notre routine et semble avoir une vie plutôt tranquille mais ce n'est pas pour ça que les chevaux de club, avec une vie et des activités différentes, sont forcément malheureux... ils ont leurs copains, leurs habitudes, leurs cavaliers, leur routine, avec ses avantages et ses inconvénients. On ne peut pas faire de généralités.... Les chevaux s'adaptent incroyablement bien à ce qu'on leur demande et ce n'est pas toujours facile de savoir quel aurait été leur choix si on leur avait demandé : où veux-tu vivre, avec qui, et que veux-tu faire de ta vie ?

5 commentaires:

Tayci Ferrat a dit…

C'est un beau projet :)

Mais bon, la vie n'est pas rose, si tout le monde avait une relation aussi fusionnelle avec son cheval comme toi tu l'as avec Thorgal, le monde de l'équitation serait superbe !
Mais hélas, ce n'est pas le cas et les mentalités peine à changer... malheureusement ...

Anonyme a dit…

L'équitation en tant que sport n'empêche absolument pas d'avoir une relation privilégiée avec son cheval. Chacun trouve son bonheur là où il en a envie. Le travail que tu fais avec Thorgal montre une infinie patience de ta part, mais certains pourraient y voir de la soumission de la part de ton cheval, un peu comme les animaux de cirque. C'est vrai qu'ils finissent pas y prendre du plaisir, puisque c'est leur vie ( et qu'il y a souvent une récompense au bout ).
En prenant soin de lui, tu te fais plaisir, tout comme un grand cavalier prend plaisir à gagner des concours avec son cheval et cela ne l'empêche pas de prendre soin de lui, bien au contraire...
Chacun ses ambitions, mais tant que l'on ne percera pas le mystère de la pensée animal, gardons nous de donner un avis ou de critiquer... N'oublions pas que les chevaux sont avant tout fait pour vivre en liberté et en groupe. Tout le reste, ce n'est QUE pour faire plaisir à l'humain, quoiqu'on en dise. ;)
Bonne continuation.

Applepie a dit…

Whaou..., je suis surprise que tu es eu des mails et des messages sur ton récit sur ta formation ATE, personnellement, j'ai trouvé tes propos tout à faire normaux et je comprend qu'après tant d'année auprès de Thorgal, tu n'es pas de feeling avec ses chevaux si différents. Bon courage pour ta formation.

Cécile a dit…

Je comprends bien ce que tu veux dire... Très bien même! Lorsque Kenny s'est blessé et a été arrêté quelques mois, j'ai repris les cours en club, cours de TREC, car nous devions commencer cette discipline. J'y suis allée 2 ou 3 fois et je me suis rendue compte que ce que j'aimais, c'était progresser avec Kenny, mais monter des chevaux de club, ça ne m'intéressait absolument pas et je n'y prenais aucun plaisir ! Et comme tu le dis, les nôtres, nous les connaissons par cœur et les codes que nous pouvons avoir sont très fins. Ce qui n'était pas le cas avec les chevaux de clubs que j'ai montés. Bref, je comprends et partage tout à fait ton ressenti ! Après j'ai longtemps monté en club et j'aimais beaucoup, mais je n'avais pas encore été propriétaire...

SCHIVEKY a dit…

Le cheval est le seul animal que l'on peut louer à l'heure !!! il ne nous viendrait jamais à l'idée de louer un chien pour une ballade ou un chat pour 1 heure de ronron !!! et ensuite de les rentrer dans leur boites en attendant le prochain client !!! c'est excessif mais tellement vrai ... et tout cela au nom du sport nommé équitation. pov'bêtes !!!!