mardi 5 mars 2013

Le Centaure.... 
Quelques photos et le récit : un premier "jet" rapide que je viendrai développer un peu plus tard !!

Thorgalou et moi sommes bien rentrés entiers de ce WE de fous, avec nos co-équipières Kiss et Emeline. Mais nous n'avons fait que la 1ère nuit de 60km ! Je vous raconte ça un peu en vrac....


*****
Vendredi, départ du haras vers midi. Etienne est passé nous prendre : nous avons attelé mon van derrière son camion et hop ! Cela m'a permis de ne pas prendre ma voiture pas très fiable pour tracter jusque dans le Morvan, et de se partager les frais d'essence et de péage. J'avais un peu mal à la gorge et ça m'a inquiété, mais c'est passé pendant le trajet....

Vers 16h, arrivée à Sommant, un tout petit village sympathique dans le fond du Morvan. J'ai installé Thorgalou dans son paddock de randonnée, dans un pré avec les autres chevaux.... il était juste à côté d'un troupeau de vaches, mais ça va, il commence à s'y faire, à ces grosses bêtes !

Vers 19h, visite véto : tout était ok !
Puis briefing avec tous les participants et contrôleurs, repas... nous avons retrouvé pleins de "grands" de la randonnée et du Trec de haut niveau, des gens pleins d'expérience, de talent et d'humour, que j'avais déjà vus pour certains à l'Equirando. Des gens qui donnent envie, avec leurs histoires, leurs anecdotes, leur bonne humeur, de progresser en trec et de les voir + souvent !!
Vers 22h nous avons eu nos horaires de départ : Emeline, moi et nos deux fiers destriers devions partir à 2h12 du matin, plutôt vers la fin donc. Cela nous laissait le temps de poireauter, mais pas de dormir....
Nous avons recopié nos cartes et avant d'attaquer le harnachement de Thorgalou et la préparation au départ, je suis allée m'allonger 1/2h, en vain : impossible de fermer un oeil !


*****

Samedi, vers 1h, nous sommes allées chercher les chevaux. Il y avait de l'agitation puisque des équipes se préparaient et partaient toutes les 6 minutes : Thorgalou a stressé un peu et à force de gigoter pendant que j'essayais de rapidement le préparer, il m'a stressé aussi. J'ai perdu patience, j'ai perdu du temps et j'ai eu très chaud, j'ai donc décidé de ne pas prendre la couche supplémentaire que j'avais prévu au cas où. Dans la "bataille", j'ai aussi oublié mes gants, et, Ô malheur, le sac de carottes de Thorgalou.... heureusement qu'Emeline en avait amené aussi et a pu nous dépanner pendant la course.

J'avais décidé de ne mettre les boots qu'aux antérieurs, heureusement car de toutes façons, je n'aurai pas eu le temps de mettre celles aux postérieurs.
Emeline et Kiss nous ont rejoint et à 2h12 du matin : nous avons décollé ! Une fois en route, le stress s'est calmé, mon mal de ventre à cause de la précipitation et de l'heure tardive est passé.... j'étais contente d'être là et toute la première partie de nuit s'est bien passée : bonne humeur, pas froid, orientation au poil, chevaux au top !

Vers 8h30 du matin.... j'ai sorti l'appareil pour prendre quelques photos.
Nous étions sur le plateau et le jour se levait, accompagné d'un léger vent glacial et d'une brume légère...
Les sols étaient recouverts de 20 à 30 cm de neige par endroits : les chevaux étaient bien courageux et moi, j'ai commencé à mourir de froid à cheval !! Mes membres se sont raidis progressivement des doigts de pieds au cou, j'étais trop épuisée pour marcher, et j'étais frigorifiée à cheval. Mal au dos, mal aux articulations, nausées... je n'avais même pas le courage de manger un petit truc pour me requinquer, et encore moins de m'arrêter pour mettre des chaufferettes en place : il y avait de la neige partout, aucun endroit sec pour se poser... et il fallait avancer. Je me suis demandée combien de temps j'allais tenir, je me sentais nulle d'être déjà si mal en point, nous n'étions pas à un tiers du chemin !! Il fallait absolument tenir, pour mon grand qui avançait courageusement, pour Emeline et Kiss. Tenir au moins jusqu'à la pause déjeuner : après, on aviserait !



Vers 11h, nous sommes arrivés, enfin, difficilement pour moi, jusqu'à la pause petit déjeuner : nous étions à la moitié de cette première journée !
Les chevaux ont été attachés et Thorgalou a pu se reposer 30 minutes en mangeant la ration que je lui avais préparée dans le camion de l'intendance.
Moi, j'ai repris vie tout doucement : passage aux toilettes, puis un petit déjeuner chaud dans la tente : oeuf, bâcon, thé ultra-sucré, jus d'orange.... mes membres ont recommencé à bouger presque normalement, mon dos s'est décrispé.... le moral est revenu.
Avant de repartir, j'ai mis des chaufferettes au fond de mes chaussures et j'ai ajouté un manteau en plus (il était attaché à l"arrière de ma selle mais j'avais été incapable de le détacher et de le mettre avant : j'étais vraiment à bout de forces et de courage !!).
Emeline m'a prêté ses sous-gans en soie... ce sera mieux que d'être mains nues !!

Vers 11h45, nous sommes repartis : reboostées, remotivées, les chevaux ont passé le contrôle véto nickel, tout allait bien ! Il y avait même un peu moins de neige.... pour le moment !!






Vers 16h30, j'ai ressorti l'appareil pour faire quelques photo d'une jolie vue...
La neige était revenue en puissance et la lumière commençait à baisser ! Le moral était toujours là, même si j'avais tendance à m'endormir.
Je suis descendue régulièrement de cheval pour marcher, pour me réveiller et soulager Thorgalou. Mon grand est resté égal à lui-même, il a marché nickel, courageux, constant. Il n'avait toujours pas perdu ses hipposandales, quel miracle ! J'ai simplement du à un moment, remettre l'antérieur gauche car elle avait tourné. Les crampons n'avaient pas bougé et vu les sols que nous avions, je crois qu'ils sont bien utiles ! Il y a par endroits des plaques des glace.... d'ailleurs, Thorgalou a glissé sur une plaque en descente, avec ses postérieurs nus, et s'est retrouvé assis dans la neige. Oups ^^ Mais rien de grave !





 Nous avons traversé des sous-bois bien accidentés et bien compliqués, nous avons vraiment des supers chevaux, pour continuer à faire attention malgré ces heures de marche derrière eux.

A moment donné dans un chemin, Emeline était à cheval et moi j'étais en train de me préparer à remonter. Soudain, Emeline m'a crié : "Marion un sanglier !!". Je me suis retournée en m'apprêtant à lever les bras et à hurler, pour tenter de faire fuir un sanglier qui me fonçait dessus : heureusement, le sanglier avait aussi entendu Emeline et alors qu'il arrivait sur nous au galop, il a eu peur en nous voyant, a fait un super demi-tour et est parti au galop dans l'autre sens. OUF !! Les chevaux n'ont pas bougé mais il n'aurait pas fallu qu'il arrive plus près que ça !! Je me suis mise en selle et nous avons repris notre route...
Après avoir raconté cette anecdote à Valérie, une autre concurrente, Emeline et moi avons gagné un super petit dessin... hihihi ! Merci Valérie !!


Et comme les dessins de Valérie sont vraiment géniaux et représentent très bien ce que nous avons vécu, je vous mets ceux qu'elle a fait pour les autres concurrents ou juges :)

Il nous a fallu réveiller certains juges en arrivant aux contrôles... ^^


Sur la 2ème nuit, une cavalière est tombée endormie alors qu'elle marchait avec son cheval... !! Comme un malaise, sauf que tout allait bien : elle est "juste" tombée endormie et impossible à réveiller, le corps avait du STOP !
C'est ce qui nous serait certainement arrivé si nous étions reparties direct sans dormir, nous aussi :p


Les contrôleurs n'ont pas eu très chaud non plus... Emeline avait amené une bouteille de remontant et nous leur avons proposé un petit coup de gnôle pour se réchauffer. Certains prenaient, d'autres non... moi j'ai fini par essayer, faut avoir que ça réchauffe !! Mais attention car ça peut aussi assommer... ^^
En tous cas le Calva, c'est trop bon !!




Pour reprendre le récit....
Un peu plus loin, nous avons eu un chemin barré par un arbre tombé : obligés de les faire monter sur le côté pour contourner l'arbre, il y avait une sacrée marche d'au moins 1,50m... j'ai hésité à y faire monter Thorgal car il était fatigué et je ne voulais pas qu'il chute. Le soucis, c'est qu'il n'y avait absolument aucun autre moyen de passer... à moins d'aller faire un détour de plusieurs kilomètres... j'ai donc mis pieds à terre, j'ai grimpé, puis j'ai appelé Thorgalou... qui a escaladé cet énorme contre-haut courageusement sans hésiter et sans faire le moindre faux pas. Idem pour la descente de l'autre côté... quel cheval, j'en aurai pleuré de bonheur et de reconnaissance !


Vers 19h30, la nuit est retombée et le moral en a pris un coup. Nous aurions du être arrivés et il nous restait encore plusieurs kilomètres à faire.... Emeline commençait à fatiguer à chercher seule notre chemin dans la forêt sombre du Morvan. Moi, j'étais épuisée, perdue, je n'arrivais plus à connecter mes neurones avec la carte, même en me disant où nous étions je ne voyais plus.... et je recommençais à prendre froid.
Thorgalou était très courageux et il suivait avec hargne : si bien qu'après une grosse montée énergique dans les sous-bois et une belle montée de transpiration pour mon grand, j'ai décidé qu'il était temps de limiter les dégâts : j'ai proposé à Emeline de continuer mais moi, je ramenais Thorgalou tout droit, par la route. Nous étions à cheval depuis plus de 18h, mon grand avait été nickel toute la journée, sec, et cette grosse poussée de transpiration, à ce moment là, m'a inquiété. C'était trop bête de le "casser" sur les derniers kilomètres !!
Emeline était fatiguée de chercher et elle a accepté sans hésiter mon idée de rentrer par la route. Nous allions manquer un ou deux contrôles, mais ça ne fait rien : nous allions juste essayer de trouver le dernier contrôle, pour ne pas être éliminées. Nous avions encore un minuscule espoir de repartir, mais il fallait rentrer vite, car + le temps passait, moins nous allions pouvoir nous reposer entre les 2 boucles.

Une dernière grosse montée, une dernière grosse descente et avec un petit soulagement nous avons regagné le bitume.... ouf ! En compagnie des 2 cavalières qui étaient un peu perdues et nous suivaient maintenant depuis deux ou trois heures. J'ai mis pieds à terre, les filles aussi et nous avons terminé tranquillement et joyeusement (vu les circonstances ;-)) les 5 km de petite route qu'il nous restait. Thorgalou marchait avec un pas vraiment énergique, et il était un peu hargneux avec les autres chevaux : la fatigue, sans doute... ! Il essayait aussi régulièrement de m'arracher la longe pour brouter une touffe d'herbe : je dois avouer que je le laissais un peu faire... avec l'effort qu'il était en train de faire pour moi, je comprenais qu'il ai la dalle et je ne pouvais pas le punir pour ça.

Nous avons manqué le contrôle d'arrivée, qui était en fait dans les bois, juste à côté de l'endroit où nous avions arrêté de chercher : dommage !
De retour à Sommant, soulagées d'être rentrés tous entiers, tous en bonne santé... il était 21h30, nous étions restés 19h à cheval !! Nous avons pris soin des chevaux, j'ai retiré le matériel à Thorgal, je lui ai mis sa couverture séchante, je l'ai fais marcher, boire, je lui ai amené du foin... Nous sommes allés au contrôle vétérinaire : nickel, avec un cardiaque à 36, pas de boiterie, une bonne hydratation.... nous avions le feu vert pour repartir.
Seulement voilà : quand j'ai remis Thorgalou dans son paddock, il était plus de 22h30... et le nouveau départ pour la 2nde nuit devait se faire vers minuit et demi !! Autrement dit, les chevaux n'avaient que 2 ou 3h maxi pour se reposer et nous, nous avions à peine le temps de manger, recopier la carte et nous préparer à repartir. Nous avons hésité et puis, nous avons choisi de ne pas repartir : avec beaucoup de regrets, mais dans notre état de fatigue, ce n'était pas sérieux. La deuxième nuit faisait 35km, il y en avait encore pour une dizaine d'heures à cheval et nous avions absolument besoin de dormir au moins 1 ou 2h avant de repartir.
Déçues d'être rentrées si tard, déçues de devoir repartir si vite, de devoir abandonner... Nous avons quand même, je pense, pris la bonne décision. Les chevaux soignés, nous avons pris une bonne douche.... et un bon repas, que j'ai eu du mal à finir : le mal de gorge du vendredi matin était en train de revenir en puissance et j'étais épuisée, j'en avais du mal à manger !!

Vers 2h du matin, nous sommes allées nous coucher.

 *****

Dimanche matin, vers 11h, nous étions levées : quasiment tous les courageux repartis sur la 2ème nuit étaient rentrés (sur 63 partants, une douzaine seulement est repartie sur la 2ème nuit).
Nous avons petit déjeuner et sommes allées voir nos loulous...

Thorgalou était en forme, il avait l'air bien. Il se déplaçait bien, le regard éveillé... il était content de me voir ! Et perdait encore bien ses poils ^^



Je suis allée lui chercher de l'eau à la rivière et je me suis allongée sur mon manteau dans son paddock, une petite demie-heure.... il y avait du soleil, il faisait bon...



 Vers 12h30, je suis rentrée rejoindre tout le monde au club, lançant les chevaux se reposer tranquillement de cette folie de concours qu'on venait de leur faire vivre !


Nous avons mangé, puis a eu lieu la remise des prix !
Emeline et moi avons gagné une plaque et un t-shirt, comme tout le monde. J'avais un peu le sentiment de ne pas mériter ces cadeaux... mais j'étais quand même contente de ramener des souvenirs. L'année prochaine un autre Centaure aura lieu, les conditions seront un peu moins difficiles puisque ça aura lieu dans la Vienne : normalement, pas de neige, et beaucoup moins de dénivelé !!


Thorgalou et moi y serons pour la revanche : et oui, pas question de s'avouer vaincus !!!
Cette fois-ci, je serai couverte comme il faut, je me gaverai des vitamines et boissons énergisantes et nous finirons ces satanés deux nuits !! Maintenant, je sais que mon grand en est capable, et je sais que c'est MOI qui ai besoin de + de forces, vitamines et courage !!


Après la remise des prix, nous avons rangé les affaires, plié les paddocks et repris la route.... Nous sommes rentrés avec Etienne, comme à l'aller ! Thorgalou est monté nickel et le voyage s'est bien passé.

 

Arrivés à la nuit au haras, mon grand était content de rejoindre ses copains. Pour moi, le retour en voiture a été très difficile : mal de crâne, mal de gorge.... à l'heure où je vous écris, je peux le dire : j'ai été malade bien comme il faut pendant 1 semaine !! Deux visites chez le docteur et un traitement de cheval.... enfin j'en vois le bout et je peux commencer à profiter de ma formation ATE/MATE, qui a commencé juste à mon retour du Centaure !! 

4 commentaires:

keneda a dit…

J'attendais avec impatience ces nouvelles. Félicitation pour cette épreuve!C'est quand même du beau travail d'équipe, chapeau à vous 4. L'année prochaine ça se passera bien et peut-être qu'on s'y croisera;-)

Tayci Ferrat a dit…

Comment dire : Enfin !!! :P
J'attendais avec impatience ce récit ! Et bien ma foie quel courage ! Bravo à vos deux montures et à vous deux aussi :) L'entrainement à porté ses fruits !
Finalement c'était mieux de ne pas repartir et pour le prochain vous serez à quoi vous attendre :)

En tout cas bravo à vous !! Et au prochain centaure alors !!

Margaux Bonneau a dit…

J'attednais également ce petit récit :p.
Quel courage vous avez eu tous les quatre !!! Je vous tire mo chapeau et vous félicite vivement, je ne crois pas que beaucoup de monde se serait lancé dans une telle aventure (moi la première je crois bien :p).
En tout cas tu peux être fière de toi et de ton Thorgalou !!!
Et puis l'année prochaine, vous allez leur en mettre plein les yeux !!
Bonne continuation et à la prochaine :)

ps: je trouve qu'une fois de plus tu as une super idée avec la Tagada Mariage :D

Ayla De La Terre a dit…

Félicitations à vous 4 pour votre courage et persévérance. Quels aventuriers de talent vous faites !